Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

La Bioéthique : entrons ensemble dans le débat !

20 avril 2018

Actuellement dans notre pays beaucoup de débats sont lancés sur toutes sortes de questions dont celle de la bioéthique : nos Évêques demandent aux chrétiens de réfléchir à cette question très sensible puisqu’elle met en jeu le sens de la vie et le sens de l’homme. Au nom de notre foi nous devons défendre et promouvoir un certain sens de l’être humain. Ne disons pas que ces questions nous dépassent et qu’elles nous « prennent la tête » parce qu’elles sont trop compliquées. Évidemment si nous voulons parler des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l’information et sciences cognitives, de l’acronyme NBIC, nous serons un peu perdus car nous ne sommes pas des spécialistes. Notre débat en paroisse sera plus simple ................

Retrouver le texte ICI

La Bioéthique : entrons ensemble dans le débat !
 
            Actuellement dans notre pays beaucoup de débats sont lancés sur toutes sortes de questions dont celle de la bioéthique : nos Évêques demandent aux chrétiens de réfléchir à cette question très sensible puisqu’elle met en jeu le sens de la vie et le sens de l’homme. Au nom de notre foi nous devons défendre et promouvoir un certain sens de l’être humain.
            Ne disons pas que ces questions nous dépassent et qu’elles nous « prennent la tête » parce qu’elles sont trop compliquées. Évidemment si nous voulons parler des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l’information et sciences cognitives, de l’acronyme NBIC, nous serons un peu perdus car nous ne sommes pas des spécialistes. Notre débat en paroisse sera plus simple et ne brassera pas tous les problèmes à la fois. Voilà comment le docteur Bruno de Goër le présente en précisant bien que notre première soirée abordera surtout la question de la fin de vie qui nous concerne tous par définition :
            « Désormais on est capable de façonner le monde "atome par atome". On peut modifier le comportement de vivants naturels mais aussi penser et fabriquer d'autres formes de vivants que ceux que la nature a permis. Faut-il en avoir peur ? En tous cas, cela implique de vrais débats. De nombreuses questions éthiques se posent, par exemple : qu'est-ce que la vie ? Qu'est-ce qui est porteur de sens, qu'est ce qui ne l'est         pas ? Des questions autour du droit, de la brevetabilité du vivant, du discernement entre naturel et artificiel, de la liberté...
Face à ces défis à l'heure où on peut aussi de plus en plus réparer l'homme (traiter des maladies), le connecter (liens homme-machine) et même "l'augmenter" (lui apporter des fonctions qu'il n'a pas), l'Église prend le temps de l'analyse et ne se prononce pas trop vite. 
Mais "Au fond de sa conscience, l'homme découvre (...) une loi qui ne cesse de le presser d'aimer et d'accomplir le bien et d'éviter le mal (...). Par fidélité à la conscience, les chrétiens, unis aux autres hommes, doivent chercher ensemble la vérité et la solution juste de tant de problèmes moraux que soulèvent aussi bien la vie privée que la vie sociale". Cette affirmation date de 50 ans déjà (Vatican II - SG16).
On parle donc d'éthique. « Elle n'est pas là pour freiner le développement des sciences et techniques mais pour discerner ce qui va dans le sens de l'humain » comme l’affirme le Père Thierry Magnin. Et pour le chrétien, la personne vulnérable doit être la pierre d'angle.
Nous pouvons profiter de ce temps de débats dans la société autour de la révision de la loi bioéthique. Le Relais Solidarité vous propose de commencer par la fin de vie, qui nous montre combien une approche de la fragilité et de la consolation permet d'accompagner jusqu'à la mort. Un espace où la technique peut trouver sa juste place. Nous avons la chance qu'un expert des questions de fin de vie ait accepté de nous éclairer sur la loi actuelle et les enjeux d'une possible modification, afin de nous aider à réfléchir sur ce thème. Pierre Basset a créé l'unité de soins palliatifs à Chambéry ainsi que le groupe de réflexion éthique avec participation de professionnels, philosophes et citoyens. Exprimons nos expériences, craintes et souhaits le 27 avril à 20h30 maison  Saint Vincent où vous êtes tous invités. »
 
Bruno DE GOËR et Père René PICHON
 
 
<< Go back to list