Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Homélie veillée Pascale et Dimanche de Pâques - P. Pichon

« Vous êtes ressuscités avec le Christ ! » nous a affirmé Paul dans la deuxième lecture de ce dimanche de Pâques. Ne fêtons donc pas aujourd’hui seulement la Résurrection du Christ mais la nôtre. Oui ressuscitons tous ce matin avec Jésus Vivant mais comment ?
Saint Paul nous répond : « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en-haut… Pensez aux réalités d’en-haut non à celles de la terre ! » Ressuscitons avec le Christ en recherchant les réalités d’en-haut, je vois cinq manières de le faire : prenons de la hauteur quand nous faisons ce que nous avons à faire ; visons toujours plus haut dans tout ce que nous faisons ; gardons une hauteur de vue sur toutes les grandes questions de la vie et de la société ; essayons de renaître d’en-haut sans cesse ; sachons rester en hauteur pour apprécier la vie. Voilà les cinq chemins

 Retrouver le texte de l'homélie ICI


Homélie de Pâques 2018

Col. 3, 1.4
Jn 20, 1-9
 
            « Vous êtes ressuscités avec le Christ ! » nous a affirmé Paul dans la deuxième lecture de ce dimanche de Pâques. Ne fêtons donc pas aujourd’hui seulement la Résurrection du Christ mais la nôtre. Oui ressuscitons tous ce matin avec Jésus Vivant mais comment ?
            Saint Paul nous répond : « Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en-haut… Pensez aux réalités d’en-haut non à celles de la terre ! » Ressuscitons avec le Christ en recherchant les réalités d’en-haut, je vois cinq manières de le faire : prenons de la hauteur quand nous faisons ce que nous avons à faire ; visons toujours plus haut dans tout ce que nous faisons ; gardons une hauteur de vue sur toutes les grandes questions de la vie et de la société ; essayons de renaître d’en-haut sans cesse ; sachons rester en hauteur pour apprécier la vie. Voilà les cinq chemins à suivre pour ressusciter avec le Christ : prendre de la hauteur ; viser toujours plus haut ; garder une hauteur de vue ; renaître d’en-haut ; rester en hauteur.
 
1.       Ressuscitons avec le Christ en recherchant les réalités d’en haut, c’est-à-dire en prenant de la hauteur quand nous faisons ce que nous avons à faire. Suivant ce que nous faisons, nous ressentons une élévation vers le Haut ou au contraire une dégradation vers le bas. Quand nous faisons quelque chose de bien, une belle action généreuse par exemple ou un bel effort de dépassement physique, moral, spirituel, notre ressenti est positif : nous nous sentons grandis, nous sommes fiers de nous, et nous avons même l’impression, la sensation de nous ouvrir à plus grand que nous, à plus haut que nous, d’atteindre le ciel. Au contraire quand nous faisons quelque chose de bassement terrestre, de banal ou de vulgaire même, de grossier, d’honteux nous avons l’impression, la sensation de tomber bas, de descendre très bas. Prendre de la hauteur dans tout ce que nous faisons, c’est à tout moment nous demander quand nous faisons quelque chose : « ce que je suis en train de faire, est-ce que ça me grandit, m’élève vers le haut, ou au contraire est-ce que ça me dégrade, me fait descendre vers le bas ? » Suivant notre ressenti, il faut continuer à faire ce que nous faisons, ou au contraire l’arrêter net. Ressusciter avec le Christ c’est nous laisser toujours guider par notre ressenti positif, choisir toujours ce qui nous donne un sentiment d’élévation vers le haut, vers le Très-Haut même !
Je vais prendre un exemple dont tout la France a parlé cette semaine, l’exemple de ce colonel de gendarmerie qui s’est sacrifié pour sauver un otage et certainement beaucoup d’autres vies. Tout le monde a admiré ce courage, ce sens de l’honneur, cette grandeur du don de soi qui élève la vie vers le haut. J’ai entendu plusieurs témoignages et notamment celui d’un musulman déclarant : « cet homme est un héros qui a choisi la grandeur, la hauteur alors que son minable assassin a choisi la bassesse, la lâcheté, l’horreur, la damnation, la perdition ! ... » Ce gendarme était un croyant convaincu, qui s’est converti à l’âge de 33 ans, a fait sa communion et sa confirmation en 2010 et devait se marier religieusement en juin. Le prêtre qui le préparait au mariage a écrit : « Avait-il le droit de prendre un tel risque ? Il me semble que seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice qui fait aujourd’hui l’admiration de tous. Il savait comme nous l’a dit Jésus qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ! »
Ressuscitons nous-mêmes avec le Christ sans forcément choisir cet héroïsme mais en choisissant toujours ce qui nous élève vers le haut.
 
2.       Ressuscitons avec le Christ en recherchant les réalités d’en haut c’est-à-dire en visant toujours plus haut dans tout ce que nous faisons, en cherchant dans tous les domaines de la vie les sommets, le mieux, l’excellence, la perfection. En ressuscitant Jésus rejoint son Père des Cieux mais nous dit à tous et à chacun : « Soyez parfaits comme votre Père du ciel est parfait. » Recherchons donc la perfection céleste, la perfection divine dans tous les domaines de la vie : ne nous contentons pas de l’acquis encore moins de la médiocrité en disant : « je suis bien comme ça, je ne vais pas me casser la tête et m’épuiser pour faire toujours mieux, j’aime mieux profiter de la vie en restant comme je suis ! » Certes Jésus nous demande de nous abaisser pour mieux servir les autres, surtout les plus pauvres, ceux qui en ont le plus besoin mais parallèlement il nous indique un autre chemin, il met la barre très haute au sujet de notre vie personnelle : tendre vers la perfection divine. Pour ressusciter avec le Christ, cherchons donc à nous améliorer sans cesse, à nous perfectionner sur tous les plans de notre être : physique, intellectuel, mental, affectif, moral, spirituel… Certes, avec l’âge nous n’arrivons plus à progresser, à nous perfectionner sur beaucoup de plans mais il y a un domaine où le perfectionnement sera éternel : c’est le domaine spirituel. La résurrection c’est l’entrée dans la vie éternelle, dans l’éternel perfectionnement qui nous rapprochera toujours plus de Dieu, le sommet des sommets qu’on n’atteindra jamais mais vers lequel nous tendrons toujours ! Ressuscitons avec le Christ en cherchant en nous perfectionner toujours et en tout !
3.       Ressuscitons avec le Christ, en recherchant les réalités d’en haut, c’est-à-dire en gardant une hauteur de vue sur toutes les grandes questions de la vie et de la société. Régulièrement dans la société de grandes questions sont lancées et nous devons nous y intéresser et apporter notre point de vue ; actuellement par exemple dans nos société occidentales il y a sans cesse de grands débats sur la question de l’accueil des immigrés et des réfugiés, sur la question de l’égalité homme-femme, sur le harcèlement sous toutes ses formes, sur la croissance et la productivité, sur l’environnement, sur la performance technique, médicale, sportive, économique et j’en passe, sur la place des religions dans la société et surtout actuellement il y a les grands débats sur la bioéthique… Nous ne pouvons rester en dehors de tous ces débats : ressusciter, c’est refuser de nous replier sur nous et de nous enfermer dans une petite vie à ras du sol où l’on tourne sans cesse autour de nos petits problèmes, de nos petits intérêts, de nos petits plaisirs, de notre petit épanouissement égocentrique. Ressusciter c’est nous ouvrir à tous les grands problèmes de la société qui fondamentalement pose la question de l’homme et avoir une hauteur de vue pour répondre à toutes ces questions. A propos de la bioéthique dont on parle tant en ce moment, nous chrétiens nous ne devons pas en rester à approuver et à applaudir tout ce que la science et la technique peuvent réaliser : un enfant par exemple ne pourra jamais être pour nous seulement une fabrication mécanique mais le fruit de l’amour entre des parents qui ne vont pas seulement lui donner un corps mais un cœur, une âme grâce à l’éducation, à la longue éducation qu’ils vont lui prodiguer ; un homme performant ne pourra jamais être pour nous un robot sophistiqué capable de battre des records mais une intelligence, un cœur, une volonté capables de se dépasser sans cesse ; un vieillard qui n’en finit pas de mourir ne devra jamais être quelqu’un à qui on donne la mort ni quelqu’un qu’on maintient artificiellement en survie mais quelqu’un qu’on aide à vivre jusqu’au bout… Ressuscitons avec le Christ en gardant cette hauteur de vie sur tous les grands problèmes de la vie et de la société qui posent la question de l’homme, de la conception de l’homme, et l’homme ce n’est pas une fabrication mécanique mais l’image même de Dieu.
4.       Ressuscitons avec le Christ en recherchant les réalités d’en haut, c’est-à-dire en essayant de renaître sans cesse d’en haut. Qu’est-ce qui nous pousse à agir ? Ça peut-être des impulsions, des pulsions, des désirs, notre nature humaine avec ses forces conscientes ou inconscientes, notre instinct, nos instincts, notre hérédité, nos influences, nos habitudes, notre caractère, nos intérêts et j’en passe… bref tout ce qui vient d’en bas, du plus bas de nous-mêmes… Ou ça peut-être le souffle qui vient d’en-haut, la force qui nous entraîne toujours plus loin au-delà de nous-mêmes, la Présence qui est en nous plus grande que nous-mêmes et meilleure que nous-mêmes, bref ça peut être l’Esprit de Dieu, le souffle, la force, la présence agissante du Christ Ressuscité. Renaître d’en-haut c’est nous laisser guider, emporter, entraîner par l’Esprit au lieu de nous laisser guider, emporter, entraîner par notre nature humaine et ses désirs terrestres très terre à terre.
Ressuscitons avec le Christ en vivant réellement notre baptême, en renaissant sans cesse d’en-haut, en nous laissant emporter par la puissance de l’Esprit de Dieu à l’œuvre en nous plutôt que par la faiblesse de notre pauvre nature humaine.
5.       Ressuscitons avec le Christ en recherchant les réalités d’en-haut, c’est-à-dire en cherchant toujours à rester en hauteur quoi qu’il arrive, en cultivant ce que les grands spirituels comme François de Sales appellent « l’équanimité », c’est-à-dire l’égalité d’humeur, l’égalité d’âme. Souvent dans la vie nous alternons le haut et le bas, le très haut et le très bas, l’exaltation et la dépression. Un rien, une réussite, un applaudissement, une bonne nouvelle et c’est l’enthousiasme, l’exaltation, l’exultation comme si tout était gagné ; une contrariété, une parole de travers qui nous est dite, un échec, un conflit, un raté… et c’est la catastrophe : nous voilà plus bas que terre ! On ne peut pas vivre en alternant constamment les hauts et les bas : ressuscitons avec le Christ en restant en hauteur, en ne nous laissant jamais déstabiliser, en surfant sur les vagues de la vie, en gardant la maîtrise de nous-mêmes et de notre vie comme Jésus qui marche sur la terre ou reste serein dans la tempête qui affole les disciples. Cultivons l’équanimité !!!
 
Pâques, c’est la résurrection du Christ et c’est la nôtre : Vivons en Ressuscités en nous laissant conduire par ce qui nous élève et nous maintient toujours plus haut, près de Dieu le Très-Haut. Amen, Alléluia !
Père René Pichon