Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Fête de Pentecôte - P. Pichon

En ce jour de Pentecôte, j’aimerais revenir non sur les lectures mais sur la séquence, le fameux Veni Sancte Spiritus, parce que cette prière nous fait voir l’action de l’Esprit Saint en nous d’une manière inhabituelle. Je m’arrêterai notamment sur ces invocations : « Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur… Dans le labeur, le repos ; dans la fièvre, la fraîcheur ; dans les pleurs, le réconfort… Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé… Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé… »

· Esprit Saint, dans la fièvre donne-nous ta fraîcheur, ton « adoucissante fraîcheur ».
Nous sommes dans la fièvre quand nous sommes sous-pression, stressés, agités, excités, énervés… Dans ces cas-là, aide-nous Esprit Saint à nous arrêter, à nous poser, à prendre du recul au lieu de ............

Retrouver le texte de l'homélie ICI


Homélie de la fête de Pentecôte
AC 2, 1-11
Ga 5, 16-25
Séquence Veni Sancte Spiritus
Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15
 
            En ce jour de Pentecôte, j’aimerais revenir non sur les lectures mais sur la séquence, le fameux Veni Sancte Spiritus, parce que cette prière nous fait voir l’action de l’Esprit Saint en nous d’une manière inhabituelle. Je m’arrêterai notamment sur ces invocations : « Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur… Dans le labeur, le repos ; dans la fièvre, la fraîcheur ; dans les pleurs, le réconfort… Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé… Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé… »
 
        Esprit Saint, dans la fièvre donne-nous ta fraîcheur, ton « adoucissante fraîcheur ».
Nous sommes dans la fièvre quand nous sommes sous-pression, stressés, agités, excités, énervés… Dans ces cas-là, aide-nous Esprit Saint à nous arrêter, à nous poser, à prendre du recul au lieu de nous laisser emporter par la fièvre de la pression grandissante… Aide-nous à souffler, à nous détendre intérieurement, à lâcher prise, à nous abandonner à toi jusqu’à ce qu’on ressente descendre en nous la brise légère et douce de ton passage, l’air frais de ton souffle intérieur qui nous fera dire : « Comme je me sens bien maintenant ! Comme ton passage en moi me fait du bien ! Je respire enfin, je redeviens moi-même ! Merci Esprit Saint d’être une adoucissante fraîcheur dans notre fièvre !
        Esprit Saint, dans le labeur, sois notre repos !
Il nous arrive à tous d’être fatigués, de trouver le travail, les activités, les responsabilités, les engagements, laborieux, pénibles… Il nous arrive à tous de peiner sous le poids du fardeau de la vie, de trouver la vie pesante, et même de dire : « Je n’en peux plus ! … » Dans ces cas-là, Esprit Saint aide-nous à ne pas nous épuiser, à ne pas nous crisper en cherchant à puiser dans nos réserves le peu de forces qui nous restent, aide-nous au contraire à te faire confiance, à nous reposer en toi en remettant entre tes mains le fardeau de nos vies, à attendre de toi les nouvelles forces qui nous manquent comme on attend du repos de la nuit la force de repartir chaque matin. Merci, Esprit Saint, d’être notre repos dans notre labeur !
        Esprit-Saint, dans les pleurs, sois notre réconfort. C’est normal, c’est humain de pleurer quand on connaît l’échec, la déception, la maladie, le deuil, et toutes les terribles épreuves de la vie : cela montre qu’on a de la sensibilité, qu’on a un cœur. C’est bien surtout de pleurer devant les misères des autres, devant la souffrance des victimes de la guerre, du terrorisme, des catastrophes, devant la corruption, la méchanceté, la haine, la violence et toutes les horreurs dont les hommes sont capables. Cela montre qu’on a de la compassion et qu’on refuse l’escalade du mal et des puissances du mal à l’œuvre partout dans le monde. Dans ces cas-là, Esprit Saint, viens-nous réconforter, nous redonner le moral, nous donner la force de rebondir, de repartir, en essayant de transformer le mal en bien, la tristesse en joie, la défaite en victoire, la mort en résurrection comme les Apôtres ont su le faire le jour de Pentecôte : eux qui étaient dans les pleurs et le découragement après la mort de Jésus ont été soudainement emportés par ton vent violent, ton feu brûlant : alors pleins de joie ils ont annoncé avec enthousiasme la victoire du Christ Ressuscité sur la mort et toutes les formes du mal et la naissance d’un nouveau Peuple capable de proclamer les merveilles de Dieu par toute la terre.
Merci Esprit Saint, d’être notre réconfort dans nos pleurs !
        Esprit-Saint, lave ce qui est souillé, ce qui est impur en nous et notamment purifie sans cesse nos intentions, nos désirs profonds car même dans nos actes les plus généreux il y a toujours une recherche de nous-mêmes, de notre image, le désir d’être reconnus, remerciés, honorés ; même dans notre foi ou nos meilleures prières, nous sommes toujours intéressés, désireux d’être protégés, avantagés, gratifiés, notre foi n’est jamais totalement pure, totalement gratuite et notre charité non plus.
Esprit-Saint purifie nos cœurs pour qu’ils deviennent transparents à ta Présence et remplis-nous de ton amour gratuit et désintéressé !
        Esprit-Saint, baigne ce qui est aride ; Nous avons dans nos vies des moments, des périodes parfois longues d’aridité et de sécheresse. Nous n’avons plus d’idées, plus d’inspiration, nous ne savons plus que faire. Nous n’avons plus de motivations, plus d’envies, de désirs de faire, de faire bien, de faire beaucoup, de faire mieux. Nous n’arrivons plus à rien faire, nous n’avons plus d’énergie, plus de force. Nous sommes comme le désert, nous sommes des arbres secs !
Esprit-Saint, dans ces cas-là, baigne ce qui est aride en nous, fais jaillir dans nos vies ton eau vive comme Moïse l’a fait jaillir, dans le désert, du rocher de pierre.
Fais couler ta sève, ta vitalité en nous pour que nous redevenions une terre fertile, une vigne féconde, un arbre fructueux qui porte tous les fruits que Paul a énumérés dans la deuxième lecture de ce jour : « l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi… »
        Esprit-Saint, guéris ce qui est blessé. La vie est dure, c’est un combat permanent et nous recevons des coups qui laissent en nous des traces, des blessures de toute sorte. Parfois c’est notre orgueil, notre amour-propre qui est blessé, et c’est tant mieux, ça nous remet à notre vraie place. Mais parfois c’est notre cœur ou notre âme qui sont blessés : on ne répond pas à notre amour, au don de nous-mêmes, à notre main tendue, notre amour est blessé par l’indifférence ou le refus des autres. On ne répond pas à notre foi qui s’offre, qui se propose, qui rayonne : là encore c’est l’indifférence ou carrément le rejet. Et puis il y a toutes ces blessures qu’on traîne toute notre vie, dues à notre hérédité, à notre éducation, à nos fragilités, aux épreuves de la vie, au coups du sort, aux manques d’amour et de compréhension…
Esprit-Saint, guéris en nous ce qui est blessé en nous faisant croire qu’on peut toujours guérir en renaissant d’en-haut, en renaissant de toi, en trouvant en toi une santé nouvelle, une vie nouvelle que notre nature humaine ne peut nous donner. Donne-nous cette santé spirituelle que notre nature blessée ne pourra jamais nous donner.
        Esprit-Saint, assouplis ce qui est raide.
Nous sommes parfois raides dans nos jugements sur les autres, tranchés, catégoriques, exclusifs : « Celui-là est à condamner, à rejeter, on ne peut rien tirer de bon de lui ! » Ou raides dans notre manière de vivre : nous avons des principes, des habitudes, nous ne voulons rien changer dans nos manières de faire ou de vivre, nous sommes comme on le dit « coincés », rigides, psychorigides, incapables de discuter, de nous adapter, incapables de souplesse pour vivre en harmonie avec notre temps tout en restant nous-mêmes. Nous sommes peut-être aussi raides dans notre foi, légalistes, ritualistes, dogmatiques, fondamentalistes, intégristes comme l’étaient les Pharisiens…
Esprit-Saint, assouplis nos raideurs, donne-nous la souplesse des adaptations nécessaires aux temps modernes, la souplesse de l’ouverture sur les autres et toutes les différences des autres, la souplesse de la disponibilité à la nouveauté sans cesse nouvelle et surprenante de ton souffle puisque tu es comme le vent : on ne sait d’où il vient ni où il va et où il nous emporte car il nous surprend toujours. Donne-nous la souplesse des artistes danseurs pour danser comme eux la vie avec grâce et légèreté au lieu de la figer dans nos raideurs de toutes sortes.
        Esprit-Saint, réchauffe ce qui est froid, aide-nous à ne pas être froids, lointains, hautains, inaccessibles, indifférents, imperméables, insensibles, distants… Change notre cœur froid, notre cœur de pierre en cœur de chair, en cœur chaleureux, aimant, sensible, généreux, rayonnant, rayonnant d’amour comme le soleil est rayonnant de sa lumière et de sa chaleur.
        Esprit-Saint, rends droit ce qui est faussé, ce qui est faux, ce qui sonne faux en nous.
Aide-nous à ne pas vivre dans le mensonge, l’hypocrisie, les faux-semblants, l’apparence… Aide-nous à être vrais, sincères, à faire toujours apparaître notre vérité profonde… et surtout à être vrais dans notre foi, à ne pas faire semblant d’être chrétiens, mais à l’être vraiment en toute vérité, à tout faire pour l’être vraiment en toute sincérité.
Que notre chemin de vie ne soit pas tortueux mais droit, un chemin vraiment à la suite du Christ « Chemin, Vérité et Vie »
 
Oui Esprit-Saint, donne-nous ta fraîcheur, ton repos, ta pureté, ta fécondité, ta santé, ta souplesse, ta chaleur, ta vérité… donne-nous tes sept dons sacrés, tous tes dons ! « Donne-nous mérite et vertu, donne-nous le salut final, donne-nous la joie éternelle. »
Amen

Père René Pichon