Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

6ème Dimanche de Pâques - P. Pichon

Quand on demande aux gens : « d’après vous quel est le message principal de Jésus ? », tout le monde, même les incroyants, répondent spontanément : « Aimez-vous les uns les autres » c’est juste ! Sauf qu’on oublie le reste de la parole la plus importante de Jésus, qu’il vient de nous rappeler dans l’Évangile de ce dimanche : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Comme je vous ai aimés : voilà la véritable originalité du message de Jésus. Être chrétien, c’est bien sûr aimer les autres, mais les aimer comme Jésus, et ça, ça change tout. Comment Jésus a-t-il aimé les autres ? En parcourant les Évangiles on peut dire que pour lui, aimer les autres c’est les accueillir, libérer leur vraie personnalité

Retrouver le texte de l'homélie ICI

Homélie du 6e dimanche de Pâques 6 mai 2018
Jn 15, 9-17
           
 
                        Quand on demande aux gens : « d’après vous quel est le message principal de Jésus ? », tout le monde, même les incroyants, répondent spontanément : « Aimez-vous les uns les autres » c’est juste ! Sauf qu’on oublie le reste de la parole la plus importante de Jésus, qu’il vient de nous rappeler dans l’Évangile de ce dimanche : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Comme je vous ai aimés : voilà la véritable originalité du message de Jésus. Être chrétien, c’est bien sûr aimer les autres, mais les aimer comme Jésus, et ça, ça change tout. Comment Jésus a-t-il aimé les autres ? En parcourant les Évangiles on peut dire que pour lui, aimer les autres c’est les accueillir, libérer leur vraie personnalité, les appeler, se lier d’amitié avec eux et se donner totalement à eux.
 
     Jésus a aimé les autres en accueillant tout le monde même ceux qu’on avait tendance à juger, à condamner, à exclure. Jésus a accueilli les publicains et les pécheurs en mangeant avec eux, ce qui scandalisait les Juifs ; il a accueilli Zachée le voleur en s’invitant même chez lui ; il a accueilli Marie Madeleine la femme de mauvaise vie en acceptant ses gestes d’affection alors que tout le monde la montrait du doigt ; il a accueilli la Samaritaine en parlant avec elle, ce qui a étonné les Apôtres eux-mêmes parce que les Juifs et les Samaritains ne voulaient avoir aucun type de relations entre eux ; il a accueilli la femme adultère qu’on voulait lapider et lui il a offert son pardon… Il a accueilli le bon larron en lui promettant le paradis… Aimer, c’est donc accueillir tout le monde comme Jésus, c’est passer par-dessus les étiquettes, les jugements, les réputations, c’est regarder la personne et non son apparence et ce qu’on dit d’elle, c’est être ouvert à tout le monde sans préjugé, avec au contraire un a priori favorable !
 
      Jésus a aimé les autres en libérant leur vraie personnalité, leur vraie identité, leur vrai moi. Par la qualité de son contact, par sa parole pleine d’affection et en même temps d’exigence, par son attraction, son rayonnement, par la force de ses sentiments, Jésus a libéré Zachée de sa nature de voleur pour faire de lui l’homme le plus généreux du monde qui donne la moitié de ses biens aux pauvres ; il a libéré Marie-Madeleine la pécheresse publique pour faire d’elle la disciple la plus fidèle, fidèle jusqu’au pied de la Croix ; il a libéré la Samaritaine, la femme aux cinq maris pour faire d’elle une vraie croyante capable de témoigner auprès des siens de sa foi en Jésus le Messie ; il a libéré la femme adultère et bien d’autres pécheurs de leur péché qui les empêchait d’être eux-mêmes et de révéler le meilleur d’eux-mêmes. Tous ceux que Jésus a rencontrés et qui ont accepté d’être touchés par son amour libérateur sont devenus eux-mêmes au lieu de jouer un personnage et de rester enfermés dans leur passé et leur réputation.
Aimer comme Jésus c’est donc aider les autres à être eux-mêmes, à donner le meilleur d’eux-mêmes ; Ça suppose de notre part une affection qui ne soit pas seulement du sentiment mais une force de relation, une influence, un rayonnement de notre part, une puissance de libération. On aime vraiment les autres quand en notre présence et par notre influence ils révèlent et donnent le meilleur d’eux-mêmes.
 
   Jésus a aimé les autres en les appelant, en les aidant pas seulement à être eux-mêmes mais à être plus qu’eux-mêmes, en leur confiant une mission : c’est ce qui s’est passé avec les apôtres qu’il a choisis par amour et établis, institués dans une mission comme il nous le dit aujourd’hui : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous est choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure… » Mais où l’on voit encore mieux que pour Jésus aimer c’est appeler, c’est dans sa rencontre avec le jeune homme riche : « Posant sur lui son regard, Jésus l’aima » nous dit l’Évangile. Et tout de suite après cet élan d’amour, Jésus appelle le jeune homme riche : « si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes, puis viens, suis-moi ! »
Aimer comme Jésus c’est donc appeler, pas seulement à être soi-même comme je l’ai dit tout à l’heure, mais appeler à faire, à agir, à remplir une mission. Nous ne sommes pas sur terre par hasard, pour ne rien faire ou faire ce qu’on a envie de faire, nous sommes sur terre pour remplir la mission que Dieu nous confie. Aimer vraiment les autres c’est les aider à voir, à comprendre quelle est leur mission sur terre, et les appeler, les aider à s’engager dans cette mission !
 
 
 
     Jésus a aimé les autres en créant avec eux un lien d’amitié forte et c’est ce qu’il nous dit dans l’Évangile de ce dimanche en s’adressant aux apôtres mais aussi à nous tous : « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître… » Pour Jésus aimer, aimer les autres, aimer les siens, c’est se confier, ouvrir son cœur, l’intimité de son cœur, ce qui l’habite au plus profond de son cœur ! Or ce qui habite Jésus au plus profond de lui, c’est son Père, l’intimité avec son Père.
Aimer les autres comme Jésus c’est donc oser nous confier à eux, pas seulement leur parler de choses banales, de l’actualité, d’évènements extérieurs, mais leur parler de nous, de ce qui nous habite à l’intérieur de nous, au plus profond de nous pour qu’eux-mêmes en retour se livrent, osent dire ce qui les habite et anime en profondeur. À ce moment-là l’amour qui nous lie devient amitié, c'est-à-dire tout autre chose qu’un amour superficiel, il devient échange intime, réciprocité d’intimité.
 
     Enfin Jésus a aimé les autres jusqu’à donner sa vie et ça c’est le sommet de l’amour dont Jésus nous donne l’exemple : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ! » Aimer comme Jésus c’est donc tout différent de l’amour naturel, instinctif. Humainement, naturellement, quand on aime, on prend : j’aime de belles fleurs, le les cueille, je les prends pour moi. J’aime de beaux fruits tentants, je les ramasse et les mange. J’aime, donc je prends. Pour Jésus, c’est le contraire : j’aime, donc je donne et je donne tout, toute ma vie.
Aimer les autres, comme Jésus, c’est donc donner, lui donner du temps, leur donner des paroles, des idées, des conseils, des encouragements ; leur donner des sentiments, de l’affection ; leur donner de la force, de l’énergie, de l’aide, du courage ; leur donner nos valeurs, nos convictions, notre foi ; leur donner des biens matériels peut-être mais surtout des biens spirituels ; bref c’est leur donner tout, jusqu’à notre propre vie ! Vaste programme, apparemment inaccessible mais avec Jésus tout est possible parce que s’il nous demande d’aimer comme il a aimé, ce n’est pas pour se donner en exemple, c’est pour nous dire qu’il est avec nous, qu’il est en nous, qu’il veut aimer les autres maintenant en nous et par nous. Alors oui, aimons les autres comme le Christ les aime et pour cela laissons le Christ nous habiter, nous animer, laissons-le aimer à travers nous en les accueillant, en les libérant, en les appelant, en se liant d’amitié avec eux, en leur donnant tout jusqu’à notre vie.
Amen !
Père René Pichon