Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

1er Dimanche de l'Avent - P. Pichon

Le maître-mot de l’Avent, c’est évidemment le verbe « veiller » et l’Évangile de ce 1e dimanche de l’Avent, un Évangile très court, le répète quatre fois, pratiquement à chaque phrase : « Restez éveillés… Veiller… Veillez… Veillez. » Pour comprendre ce qu’il nous demande de vivre il faut voir à quel autre verbe il est lié quand Jésus l’emploie et il l’emploie souvent comme c’est le cas aujourd’hui, où il commence par nous dire : « Prenez garde restez éveillés ! ».........
♦ Veiller, c’est donc d’abord prendre garde, rester sur ses gardes, c'est-à-dire faire très attention ............

Retrouver le texte de l'homéli ICI

   Homélie du dimanche 3 Décembre 2017
1er dimanche de l’Avent
Mc 13, 33-37
 
 
                Le maître-mot de l’Avent, c’est évidemment le verbe « veiller » et l’Évangile de ce 1e dimanche de l’Avent, un Évangile très court, le répète quatre fois, pratiquement à chaque phrase : « Restez éveillésVeillerVeillezVeillez. » Pour comprendre ce qu’il nous demande de vivre il faut voir  à quel autre verbe il est lié quand Jésus l’emploie et il l’emploie souvent comme c’est le cas aujourd’hui, où il commence par nous dire : « Prenez garde restez éveillés ! »
 
   Veiller, c’est donc d’abord prendre garde, rester sur ses gardes, c'est-à-dire faire très attention au présent, à ce qui se passe autour de nous et en nous maintenant et réagir aussitôt. Quand on rencontre une connaissance, après s’être salués, on se dit habituellement : « Quoi de neuf ! » La réponse spontanée, c’est souvent : « Rien… Rien de neuf… c’est la routine ! » Cette réponse n’est pas chrétienne car pour un chrétien, dans notre vie, il y a toujours du nouveau et ce nouveau c’est Dieu, c’est Dieu qui vient vers nous de manière toujours nouvelle, pas forcément sensationnelle ou extraordinaire, mais il vient chaque jour dans  notre vie ordinaire se faire mieux connaître et se faire mieux aimer. Il vient par des signes, à condition de les voir et par des appels, à condition des les entendre ! Veiller c’est donc faire très attention en permanence à tout ce que nous vivons, à tous les évènements qui nous marquent pour voir en quoi ils sont signes de Dieu, comment Dieu nous fait signe à travers eux. Veiller c’est faire attention à tout ce que nous entendons autour de nous et en nous, dans notre conscience, dans notre cœur, pour entendre les appels de Dieu à faire ceci, à être cela. Veiller, être sur ses gardes, c’est réagir immédiatement pour répondre le plus vite possible aux signes et aux appels de Dieu en faisant ce qu’ils nous demandent de faire. Quand Jésus passe au bord du lac de Tibériade il voit André, Pierre, Jacques, Jean, il les appelle. Les apôtres voient en Jésus un signe de Dieu, ils entendent sa voix comme un appel de Dieu, aussitôt, immédiatement ils réagissent : quittant tout, ils suivent Jésus et leur vie devient alors radicalement nouvelle. Or Jésus passe dans nos vies à tout instant, il nous fait signe et il nous appelle à tout instant à rendre tel service, à aller visiter telle personne, à prendre tel engagement, à faire tel effort, à vivre telle valeur, à oser telle conversion, tel changement de vie. Voilà ce qui rend nos vies intéressantes et toujours nouvelles : Jésus y passe, nous fait signe, nous appelle pour aller toujours plus loin avec lui. Cette semaine un enfant de huit ans est venu me voir pour me dire : « Je ne ressens plus Dieu ! » Je lui ai répondu : « C’est normal parce que Dieu ne vient plus vers toi comme quand tu avais quatre ou cinq ans, il vient vers toi maintenant par des signes et des appels nouveaux, adaptés à ton âge. Si tu veux rencontrer Dieu maintenant, habitues-toi chaque jour, chaque soir, à te demander : « quels signes Dieu m’a fait aujourd’hui ? Quels appels il m’a adressés aujourd’hui ? » Si tu réponds à ces signes et à ces appels en faisant tout de suite ce que Dieu te demande tu verras, tu ressentiras Dieu dans ta vie aujourd’hui ! »
Comme cet enfant, surtout pendant ce temps de l’Avent, veillons donc en répondant aux signes et aux appels quotidiens de Dieu dans notre vie aujourd’hui et alors nous ressentirons Dieu d’une manière nouvelle et c’est ça un vrai Noël !
 
    Veiller, c’est faire attention au présent mais c’est aussi être prévoyant, prévoir et préparer l’avenir, c'est-à-dire faire des prévisions et des provisions pour faire face à l’avenir qui nous attend ; c’est ressembler aux cinq jeunes filles prévoyantes de la parabole qui ont fait provision d’huile pour aller veiller dans l’attente de l’époux alors que les étourdies, les endormies n’ont pris aucune réserve et du coup ratent leur rendez-vous. Veiller aujourd’hui pour nous chrétiens, c’est être réalistes et non naïfs ou têtes en l’air ou endormis, c’est prévoir que demain ce sera encore plus difficile d’être chrétien qu’aujourd’hui parce que les courants de pensée actuels ne portent pas vers la foi chrétienne et c’est donc nous préparer en faisant provision d’audace, de courage, de persévérance, et de confiance en Dieu. Oui aujourd’hui pour être chrétien il faut oser l’être et oser avoir la foi selon le thème de cet Avent 2017 dans notre paroisse, il faut donc avoir de l’audace et du courage. Et puis pour continuer à l’être, il faut de la persévérance, apprendre à durer, à tenir bon dans la durée mais surtout il faut s’ouvrir à la confiance en Dieu : plus ce sera difficile, plus le Seigneur nous aidera, nous portera, par conséquent n’ayons pas peur car le Christ nous répète : « Confiance, j’ai vaincu le monde. » Veillons donc dans la foi en faisant provision d’audace, de courage, de persévérance et de confiance !
 
   Veiller, c’est faire attention au présent, à l’avenir mais aussi bien sûr à Dieu en le priant attentivement. Dans sa nuit d’agonie au Jardin des Oliviers, Jésus vient réveiller ses disciples endormis pour leur dire : « Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation ! » Prier, c’est dire à Dieu, répéter à Dieu : « que ta volonté soit faite… Ne me laisse pas entrer en tentation, je suis tenté de faire ce que j’ai envie de faire, ce qui m’attire, ce qui est facile et valorisant pour moi ; je suis tenté de faire ce que je veux pour mon bien, pour ma gloire, pour mes intérêts, je suis tenté de garder ma vie pour moi, et toi tu me demandes de faire ce que tu veux, tu me demandes de donner ma vie pour mes frères, de les aimer jusqu’à donner ma vie pour eux… Ne me laisse pas entrer dans la tentation de ma volonté mais que ta volonté soit faite ! » Cette prière Jésus la fait dans son agonie : face à la mort de la Croix qu’il entrevoit, face au sacrifice de sa vie qu’il doit faire, Jésus prie son Père : il est tenté de refuser le calice, la coupe, la Croix, de fuir, alors il demande à son Père de ne pas entrer dans cette tentation mais de faire au contraire sa volonté jusqu’au bout : « Père, si tu veux, éloigne de moi cette coupe, ce calice, cependant, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne… » Voilà ce que nous devons faire surtout pendant ce temps de l’Avent : nous devons veiller en priant comme Jésus : « Seigneur, je voudrais faire ceci, cela, devenir ceci, cela ; je ne veux pas, je n’ai pas envie de faire ceci, cela, de devenir ceci, cela, ne me laisse pas entrer dans la tentation de faire ce que je veux moi, de garder, de mener ma vie comme je veux moi, aide-moi à faire non pas ma volonté mais la tienne Aide-moi à veiller, à réfléchir, à faire attention, à peser le pour et le contre, à discerner ce que tu veux de moi… Aide-moi à veiller « en restant en tenue de service, la ceinture aux reins et ma lampe allumée », comme tu le dis, c'est-à-dire en étant toujours prêt à faire ce que tu veux… « Seigneur, que ta volonté soit faite ! »
Le temps de l’Avent, c’est le temps par excellence où l’on veille, c'est-à-dire où l’on discerne ce que Dieu veut de nous en ce moment de notre vie, et où on essaie de faire sa volonté actuelle en toute disponibilité !
 
   Veiller, c’est faire attention, très attention au présent, à l’avenir, à Dieu mais aussi à celui qui veut nous détourner de Dieu, nous séparer de Dieu, à celui que Saint Pierre appelle le démon dans sa lettre que nous lisons tous les mardis soirs à complies : « Soyez sobres, soyez vigilants : votre adversaire le démon, comme un lion qui rugit, va et vient, à la recherche de sa proie. Résistez-lui avec la force de la foi. » IP. 5, 8-9a
La mise en garde de Pierre est très intéressante et très actuelle : quand il nous invite à veiller, à être vigilants, il ajoute : « Soyez sobres », il lie donc la veille et la sobriété et c’est vraiment ce qu’il nous faut entendre à l’heure actuelle, surtout pendant cet Avent qui nous prépare à Noël. Qu’est-ce qui nous détourne le plus de Dieu dans notre société moderne ? C’est certainement l’excès, les excès de toute sorte, l’excès de consommation, qui nous noie dans le matériel, l’excès d’activités qui nous noie dans l’agitation, l’excès de divertissement qui nous noie dans le superficiel, l’excès d’images et surtout l’excès d’écrans qui nous noie dans le virtuel… Voilà le démon à l’œuvre aujourd’hui : il nous sépare de Dieu en nous faisant tomber dans tous les excès possibles. Veiller, c’est refuser ces excès en pratiquant la sobriété, c'est-à-dire en diminuant, en réduisant notre consommation même pour les fêtes de Noël et en réduisant notre agitation, nos divertissements, nos addictions à l’image et aux écrans, en réduisant tout ce qui nous empêche de vivre l’essentiel : la vie spirituelle, l’ouverture à Dieu et à l’infini qui nous dépasse. Veiller c’est sans cesse se dire : « où est l’essentiel ? Attention, je suis en train de rater l’essentiel ! » Et c’est sans cesse oser prendre des mesures radicales, faire rupture avec la surconsommation, l’hyper agitation, l’hyper divertissement, et toutes les addictions pour nous mettre face à Dieu, au Dieu qui vient à tout heure du jour et de la nuit, qui vient au moment où on l’attend le moins. Veillons pour voir  ses signes, entendre ses appels, et faire immédiatement sa volonté. Veillons pour dire comme Jésus : « Père que ta volonté soit faite. » « Ne nous laisse pas entrer dans la tentation de faire notre volonté et encore moins celle de notre monde ! » Veillons pour dire à Jésus : « Viens, viens nous sauver, viens nous aider à faire comme toi la volonté du Père aujourd’hui, ici et maintenant ! »
            Amen !
Père René Pichon